fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : En 1829, dans la Préface de son recueil Les Orientales, Victor Hugo affirme, à propos de la poésie qu'elle est « ce grand jardin (...) où il n’y a pas de fruit défendu. L'espace et le temps sont au poète. Que le poète aille donc où il veut, en faisant ce qu’il lui plaît : c’est la loi ». | Dissertations | Poésie

Dissertations | Poésie

En 1829, dans la Préface de son recueil Les Orientales, Victor Hugo affirme, à propos de la poésie qu'elle est « ce grand jardin (...) où il n’y a pas de fruit défendu. L'espace et le temps sont au poète. Que le poète aille donc où il veut, en faisant ce qu’il lui plaît : c’est la loi ».
En vous inspirant des textes du corpus (« Une charogne » de Baudelaire, Les Contemplations de Hugo et « Un Porc » de Claudel), mais aussi d’autres œuvres poétiques que vous connaissez, vous commenterez cette affirmation de Victor Hugo.

 Extrait du corrigé :

• « ce grand jardin (...) où il n’y a pas de fruit défendu » > en poésie, les sujets sont libres. Le poète peut parler de tout ce qu’il veut.

=> « L'espace et le temps sont au poète. Que le poète aille donc où il veut, en faisant ce qu’il lui plaît : c’est la loi ».

 

Liberté du poète quant au choix de ses sujets.

Cf. « Une charogne » et « Un porc ».

 

Pourtant, la poésie ne traite souvent pas ce genre de sujet.

=> Quels sont les thèmes de la poésie.

 

Citation en entier de Hugo : « L’art n’a que faire de menottes, de lisières et de bâillons, il dit à l’homme de génie, va, et le lâche dans ce grand jardin de poésie où il n’y a pas de fruit défendu » > liberté du poète. Peut exprimer tous les sujets > et même donc défendre des causes poétiques.

 

I-                   Le poète libre – poésie « ce grand jardin » sans fruit défendu 

A-    S’éloigner des « carcans » de la forme

• Jusqu’au XIXe siècle : règles très strictes de la poésie. Le poète est soumis à des codes.

Entre la fin du XIXe et le début du XXe, les poètes explorent tous les possibles, renoncent aux contraintes formelles et repoussent les limites de la poésie classique.

• Ex : Les Illuminations de Rimbaud = création d’un nouveau langage, alchimie verbale > peut prêter à bien des interprétations.

=> Les poètes se libèrent de l’obligation de la rime, du mètre régulier, des strophes égales. Poèmes en prose, vers libres…

• Poème en prose : volonté du poète de s’affranchir de la langue banale, de ne pas tenir compte des vers mais de garder sa créativité. Cf. le « poème » de Claudel « Un Porc » : a priori, ne ressemble pas à un poème > texte en prose (poème en prose). Liberté du poète qui décide de la manière de composer ses « vers ».

 

 

B-    Poètes du quotidien et de la laideur