fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Rédigez la scène d'exposition d'un Dom Juan moderne dans laquelle Sganarelle (un peu comme le Prologue chez Anouilh) dans un monologue destiné au spectateur, se plaindrait de l'ingratitude du rôle que va lui faire jouer l'auteur. | Ecritures d'invention | Théâtre

Ecritures d'invention | Théâtre

Rédigez la scène d'exposition d'un Dom Juan moderne dans laquelle Sganarelle (un peu comme le Prologue chez Anouilh) dans un monologue destiné au spectateur, se plaindrait de l'ingratitude du rôle que va lui faire jouer l'auteur.

Extrait du corrigé :

Ce sujet vous demande d’avoir lu au moins le Prologue d’Antigone d’Anouilh et de connaître bien le personnage de Sganarelle.

NB : ce sujet vous demande de décrédibiliser ce personnage de Sganarelle puis qu’il est précisé « se plaindrait de l'ingratitude du rôle… ». De fait, il serait plus pertinent de mettre de côté les « bons côtés » de Sganarelle (il en avait de nombreux, la preuve : c’était le personnage que Molière incarnait !).

Voici quelques pistes pour nourrir votre réflexion sur ce personnage => vous pourrez vous appuyer dessus afin de vous plaindre (monologue : je) de l’ingratitude du rôle prévu pour vous.

• Un nom de personnage de comédie qui n’a jamais le « beau rôle ».

- Le nom de Sganarelle vient du verbe italien sgannare, qui signifie « dessiller ». Patrick Dandrey propose plutôt de le rapprocher du patronyme italien Inganarello, « le trompeur ».

- Sganarelle apparaît tout d’abord comme le valet de Léandre dans Le Médecin volant, puis comme un bourgeois burlesque dans trois comédies, Sganarelle ou le Cocu imaginaire (1660), L’École des maris (1661) et Le Mariage forcé (1664), au fur et à mesure desquelles le cocuage du personnage va croissant.