fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Molière, L'École des femmes, acte III, scène 2 | Commentaires composés | Molière | Comédie

Commande Suspendue
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

Fiche
Méthodologie
Méthodologie
Oral
Retour
liste
Commentaires composés | Molière | Comédie

Molière, L'École des femmes, acte III, scène 2

 Le mariage, Agnès, n'est pas un badinage:
A d'austères devoirs le rang de femme engage;
Et vous n'y montez pas, à ce que je prétends,
Pour être libertine et prendre du bon temps.
Votre sexe n'est là que pour la dépendance:
Du côté de la barbe est la toute-puissance.
Bien qu'on soit deux moitiés de la société,
Ces deux moitiés pourtant n'ont point d'égalité;
L'une est moitié suprême, et l'autre subalterne;
L'une en tout est soumise à l'autre, qui gouverne;
Et ce que le soldat, dans son devoir instruit,
Montre d'obéissance au chef qui le conduit,
Le valet à son maître, un enfant à son père, 
A son supérieur le moindre petit frère, 
N'approche point encor de la docilité, 
Et de l'obéissance, et de l'humilité, 
Et du profond respect où la femme doit être 
Pour son mari, son chef, son seigneur et son maître. 
     
Lorsqu'il jette sur elle un regard sérieux, 
Son devoir aussitôt est de baisser les yeux, 
Et de n'oser jamais le regarder en face 
Que quand d'un doux regard il lui veut faire grâce. 
C'est ce qu'entendent mal les femmes d'aujourd'hui; 
Mais ne vous gâtez pas sur l'exemple d'autrui. 
Gardez-vous d'imiter ces coquettes vilaines 
Dont par toute la ville on chante les fredaines, 
Et de vous laisser prendre aux assauts du malin, 
C'est-à-dire d'ouïr aucun jeune blondin. 
Songez qu'en vous faisant moitié de ma personne, 
C'est mon honneur, Agnès, que je vous abandonne, 
Que cet honneur est tendre et se blesse de peu, 
Que sur un tel sujet il ne faut point de jeu;
Et qu'il est aux enfers des chaudières bouillantes 
Où l'on plonge à jamais les femmes mal vivantes. 
Ce que je vous dis là ne sont point des chansons; 
Et vous devez du coeur dévorer ces leçons. 
Si votre âme les suit et fuit d'être coquette, 
Elle sera toujours, comme un lis, blanche et nette; 
Mais, s'il faut qu'à l'honneur elle fasse un faux bond, 
Elle deviendra lors noire comme un charbon;