fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Ponge, L'huître | Commentaires composés | Ponge | Poème en prose

Commentaires composés | Ponge | Poème en prose

Ponge, L'huître

Ponge, L'huître

      L'huître, de la grosseur d'un galet moyen, est d'une apparence plus rugueuse, d'une couleur moins unie, brillamment blanchâtre. C'est un monde opiniâtrement clos. Pourtant on peut l'ouvrir : il faut alors la tenir au creux d'un torchon, se servir d'un couteau ébréché et peu franc, s'y reprendre à plusieurs fois. Les doigts curieux s'y coupent, s'y cassent les ongles : c'est un travail grossier. Les coups qu'on lui porte marquent son enveloppe de ronds blancs, d'une sorte de halos.

      A l'intérieur l'on trouve tout un monde, à boire et à manger : sous un firmament (à proprement parler) de nacre, les cieux d'en dessus s'affaissent sur les cieux d'en dessous, pour ne plus former qu'une mare, un sachet visqueux et verdâtre, qui flue et reflue à l'odeur et à la vue, frangé d'une dentelle noirâtre sur les bords.

      Parfois très rare une formule perle à leur gosier de nacre, d'où l'on trouve aussitôt à s'orner.

 

 Extrait du corrigé

Francis Ponge (1899-1988) : poète qui depuis son jeune âge éprouve une violente révolte contre le parler ordinaire : « N'en déplaise aux paroles elles-mêmes, étant donné les habitudes que dans tant de bouches infectes elles ont contractées, il faut un certain courage pour se décider non seulement à écrire, mais même à parler » (Proêmes, « Des Raisons d'écrire »). Poète qui écrira principalement des poèmes en prose.

 

Ponge => Volonté d’être le poète du quotidien, du matériel, des objets et des choses.

Cf. Le Parti pris des choses : recueil publié en 1942 => L’intérêt du poète se porte sur des objets poétiques inattendus, tels un cageot, une bougie, une cigarette, une huître, une crevette…

 

« L’huître » : Poème en prose.

Définition donnée d’un poème en prose : « Il s'agit d'un texte en prose bref, formant une unité et caractérisé par sa « gratuité », c'est-à-dire ne visant pas à raconter une histoire ni à transmettre une information, mais recherchant un effet poétique ».

 

En quoi ce court texte sur un objet inattendu est-il un véritable poème ?

Quelle vision de l’huître est donnée dans ce poème ?

 

I- Rendre une huître poétique

            A- Une définition ?

• Ce poème est composé de trois paragraphes, dont le dernier ne fait qu’une ligne.

• Soulignez l’utilisation du pronom indéfini « on ».

> valeur générale > tout le monde.

• Montrez que ce texte se présente comme une définition (d’un dictionnaire par exemple).

Cf. « L'huître, de la grosseur d'un galet moyen, est d'une apparence plus rugueuse… »

• Utilisation du présent.

Ex : « est d'une apparence » ; « coupent » ; « l'on trouve »…

> Présent de vérité générale, de définition.

• Présente dans un premier temps l’extérieur de l’huître, sa texture.

- Puis l’intérieur.

 Cf. « A l'intérieur… »

- Enfin la perle qui se trouve à l’intérieur.

« très rare ».