fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Queneau, Zazie dans le métro, chapitre 1 – Le ptit type examina le gabarit de Gabriel… | Commentaires composés | Queneau | roman

Commentaires composés | Queneau | roman

Queneau, Zazie dans le métro, chapitre 1 – Le ptit type examina le gabarit de Gabriel…

Raymond Queneau, Zazie dans le métro, chapitre 1 – Le ptit type examina le gabarit de Gabriel

 

Le ptit type examina le gabarit de Gabriel et se dit c'est un malabar, mais les malabars c'est toujours bon, ça profite jamais de leur force, ça serait lâche de leur part. Tout faraud, il cria :

"Tu pues, eh gorille. "

Gabriel soupira. Encore faire appel à la violence. Ça le dégoûtait cette contrainte. Depuis l'hominisation première, ça n'avait jamais arrêté. Mais enfin fallait ce qu'il fallait. C'était pas de sa faute à lui, Gabriel, si c'était toujours les faibles qui emmerdaient le monde. Il allait tout de même laisser une chance au moucheron.

"Répète un peu voir", qu'il dit Gabriel.

Un peu étonné que le costaud répliquât, le ptit type prit le temps de fignoler la réponse que voici :

"Répéter un peu quoi ?"

Pas mécontent de sa formule, le ptit type. Seulement, l'armoire à glace insistait : elle se pencha pour proférer cette pentasyllabe monophasée :

"Skeutadittaleur... "

Le ptit type se mit à craindre. C'était le temps pour lui, c'était le moment de se forger quelque bouclier verbal. Le premier qu'il trouva fut un alexandrin :

"D'abord, je vous permets pas de me tutoyer.

– Foireux", répliqua Gabriel avec simplicité.

 

 

 Extrait du corrigé

Raymond Queneau (1903-1976) : homme de lettres, romancier, poète, dramaturge, co-fondateur du mouvement littéraire de l’« Oulipo » mais aussi mathématicien émérite.

Il est l’auteur de nombreux ouvrages, dont Les Fleurs Bleues et Zazie dans le métro. Il a très souvent, dans ses œuvre, tenté de retranscrire à l’écrit le discours oral.

 

 

Zazie dans le métro : roman de Raymond Queneau, paru en 1959.

Roman qui raconte le séjour à Paris de Zazie, une enfant de dix ans qui arrive de sa province et qui rêve de connaître le métro. Elle y rencontre entre autres son oncle Gabriel, son ami Charles, Madot P'tits Pieds, une servante au grand cœur et l'agent Trouscaillon. La fillette a un parler très familier, voire vulgaire. La narration est écrite dans un langage qui tente de retranscrire l’oralité, la manière de parler des personnes, comme par exemple cette expression qui ouvre le roman : « Doukipudonktan ! ».

 

Extrait :

1e partie du roman > le lecteur est tout de suite plongé dans le langage créé par l’auteur.

Aspect comique.

 

I- Un texte écrit qui mime l’oral 

Il s’agit de montrer, d’expliquer comment Queneau est parvenu à écrire le discours oral.

Le narrateur tente de calquer l’écrit sur l’oral.

            A- Situation

• Extrait qui met en présence deux personnages qui se disputent.

NB : la narration s’attache à leurs discours, aux dialogues, mais aussi aux pensées des personnages, à la perception qu’ils ont eu de leur propres paroles (ex : « Pas mécontent de sa formule »).

• Deux personnages à la stature différente. Importance portée à leur corpulence.

« l'armoire à glace » ; « un malabar » ; « gorille » ; « le costaud » VS « moucheron » ; « Le ptit type » (répété 4 fois).

• Personnages qui sont issus d’un milieu populaire. Cf. leur style de langage.