fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Stendhal, Lucien Leuwen, portrait de Mlle Bérard, une ancienne dame de compagnie. | Commentaires composés | Stendhal

Commentaires composés | Stendhal

Stendhal, Lucien Leuwen, portrait de Mlle Bérard, une ancienne dame de compagnie.
C’était une fort petite personne sèche, de quarante-cinq à cinquante ans, au nez pointu, au regard faux...

 C’était une fort petite personne sèche, de quarante-cinq à cinquante ans, au nez pointu, au regard faux, et toujours mise avec beaucoup de soin, usage qu’elle avait rapporté d’Angleterre, où elle avait été vingt ans dame de compagnie de milady Beatown, riche pairesse1 catholique. Mlle Bérard semblait née pour cet état abominable que les Anglais, grands peintres pour tout ce qui est désagréable, désignent sous le nom de toadeater, avaleur de crapauds. Les mortifications sans nombre qu’une pauvre dame de compagnie doit supporter sans mot dire d’une femme riche et de mauvaise humeur contre le monde qu’elle ennuie, ont donné naissance à ce bel emploi. Mlle Bérard, naturellement méchante, atrabilaire2 et bavarde, trop peu riche pour être dévote en titre avec quelque considération, avait besoin d’une maison opulente pour lui fournir des faits à envenimer, des rapports à faire, et de l’importance dans le monde des sacristies3. Il y avait une chose que tous les trésors de la terre et les ordres même de notre saint père le pape n’auraient pu obtenir de la bonne Mlle Bérard : c’était une heure de discrétion sur un fait désavantageux à quelqu’un et qui serait venu à sa connaissance.

 

1. Épouse d’un membre de la chambre des Lords.

2. D’humeur désagréable.

3. Le milieu des personnes qui fréquentent assidûment les églises (l’expression est ici péjorative). 

 

Extrait du corrigé :

 Stendhal, de son vrai nom Henri Beyle, est né le 23 janvier 1783 à Grenoble et est mort le 23 mars 1842 à Paris. Il a participé aux guerres de la Révolution et de l'Empire comme officier de dragons et comme intendant militaire.

Romancier réputé pour la finesse d'analyse des sentiments de ses personnages, Stendhal est l’auteur de Lucien LeuwenLa Chartreuse de Parme, du Rouge et le Noir

 

Lucien Leuwen (1834) : deuxième grand roman de Stendhal racontant l’histoire d’un jeune polytechnicien, Lucien Leuwen, chassé de son école car il est soupçonné d’être un saint-simonien. Il part pour Nancy et y rencontre madame de Chasteller, jeune et charmante veuve dont il tombe amoureux.

À travers ce roman, écrit après le Rouge et le Noir, Stendhal peint le désenchantement de la carrière militaire vingt ans après l'épopée napoléonienne.

Ce passage est un portrait : va du physique à la condition puis au caractère.

 

I- Mlle Bérard 

            A- Son physique

• La description physique n’est pas très longue.

• « une fort petite personne sèche » > beaucoup de termes la caractérisant. « personne » est encadrée d’adjectifs. Personnage qui se démarque par sa petitesse (renforcée par l’adverbe « fort ») + sa maigreur. Cf. « sèche » => terme péjoratif.

• Personnage peu attrayant. Cf. « au nez pointu, au regard faux » => les deux caractérisations semblent aller de pair et sont toutes deux péjoratives (> petite fouine).

• Physique qui ne rend pas sympathique le personnage.