fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : René François Sully Prudhomme, Stances et poèmes, « Le Vase brisé ». | Commentaires composés

Commentaires composés

René François Sully Prudhomme, Stances et poèmes, « Le Vase brisé ».
Le vase où meurt cette verveine...

  

  1. Le vase où meurt cette verveine
  2. D'un coup d'éventail fut fêlé ;
  3. Le coup dut effleurer à peine :
  4. Aucun bruit ne l'a révélé.

 

  1. Mais la légère meurtrissure,
  2. Mordant le cristal chaque jour,
  3. D'une marche invisible et sûre
  4. En a fait lentement le tour.

 

  1. Son eau fraîche a fui goutte à goutte,
  2. Le suc des fleurs s'est épuisé ;
  3. Personne encore ne s'en doute ;
  4. N'y touchez pas, il est brisé.

 

  1. Souvent aussi la main qu'on aime,
  2. Effleurant le coeur, le meurtrit ;
  3. Puis le coeur se fend de lui-même,
  4. La fleur de son amour périt ;

 

  1. Toujours intact aux yeux du monde,
  2. Il sent croître et pleurer tout bas
  3. Sa blessure fine et profonde ;
  4. Il est brisé, n'y touchez pas.

 

Extrait du corrigé :

 Sully Prudhomme : poète du XIXe siècle, qui appartient au Parnasse.

Parnasse :

Mouvement poétique né dans la 2nde moitié du XIXe siècle en réaction contre la poésie romantique.

Souci d'impersonnalité qui refuse les facilités du lyrisme.

Poésie qui se veut gratuite, théorie de l’art pour l’art.

Poètes qui recherchent la perfection de la forme. Cf. Leurs métaphores, empruntées au domaine de la sculpture, => prônent le travail poétique, résolument asservi au culte d'une forme parfaite. Importance du Beau.

 

 

« Le vase brisé » : plus célèbre poème de Sully Prudhomme, élégante métaphore du cœur brisé par un chagrin d'amour…

Poème composé de 5 quatrains.

20 octosyllabes.

Rimes croisées, du type ABAB.

Alternance respectée entre les rimes féminines (qui se terminent par –e, -es, -ent) et les rimes masculines.

 

I- Un vase brisé 

            A- Destruction du vase

• « fêlé » ; « meurtrissure » ; « mordant » » ; « brisé » : dégradation jusqu’à la destruction.

• Champ lexical des matières. Cf. « vase » ; « cristal ».

• Opposition entre l’acte déclencheur et le résultat.

Cf. « D'un coup » : rapidité.

Cf. « effleurer à peine » ; « légère meurtrissure » > insiste sur le peu de violence du choc. Ce qui est renforcé par l’absence de bruit mais aussi l’allitération en F. Ex : « fut fêlé » ; « effleurer »… Douceur…

NB : poème qui comporte plusieurs répétitions. Ex : « coup ».