fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Verlaine, Sérénade | Commentaires composés | Verlaine | Poésie

Commande Suspendue
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

Fiche
Méthodologie
Méthodologie
Oral
Retour
liste
Commentaires composés | Verlaine | Poésie

Verlaine, Sérénade

 Comme la voix d’un mort qui chanterait

Du fond de sa fosse,

Maîtresse, entends monter vers ton retrait

Ma voix aigre et fausse.

Ouvre ton âme et ton oreille au son

De ma mandoline :

Pour toi j’ai fait, pour toi, cette chanson

Cruelle et câline.

Je chanterai tes yeux d’or et d’onyx

Purs de toutes ombres,

Puis le Léthé de ton sein, puis le Styx

De tes cheveux sombres.

Comme la voix d’un mort qui chanterait

Du fond de sa fosse,

Maîtresse, entends monter vers ton retrait

Ma voix aigre et fausse.

 

Puis je louerai beaucoup, comme il convient,

Cette chair bénie

Dont le parfum opulent me revient

Les nuits d’insomnie.

Et pour finir, je dirai le baiser

De ta lèvre rouge,

Et ta douceur à me martyriser,

— Mon Ange ! — ma Gouge !

Ouvre ton âme et ton oreille au son

De ma mandoline :

Pour toi j’ai fait, pour toi, cette chanson

Cruelle et câline.

 

Extrait du corrigé :

Verlaine est un poète du XIXe siècle (né le 30 mars 1844 et mort le 8 janvier 1896). Surnommé « le Prince des Poètes », il est toutefois également à l’origine de l’expression des « poètes maudits ».

 

Paul Verlaine, au début de sa carrière poétique, situe son art dans les tendances du Parnasse (cf. Leconte de Lisle, Hérédia, Bainville, etc.). Mais il est et demeure avant tout le poète des clairs-obscurs et sa poésie le rapproche des œuvres impressionnistes.

NB : Importance de la musicalité dans ses poèmes. Verlaine disait : « La poésie c'est le rythme ». Mais le rythme, c'est aussi  la musique et ces deux éléments sont inséparables dans sa poésie. Sonorités, rythme, musicalité sont des points à ne pas négliger lors du commentaire d’un poème de Verlaine.